Pierrot Lunaire

(à Malbuisson)

..*

Assis sur le gazon,

Au pied des symphorines,

Pierrot,, non sans raison,

Joue de la mandoline.

En poussant sa chanson

Ce soir, dans la nuit brune,

Il guette à l’horizon

Le lever de la lune.

 

Et l’astre souhaité

Apparaît , tout soudain,

Epandant sa clarté

Dans l’aire du jardin.

Il admire au lointain

Sur le lac endormi

Les reflets incertains

Des rayons, dans la nuit.

 

 

Le Vézenay –été 1998