REVE D’AUTOMNE

Par un jour frileux de l’automne

Il s’en allait de bon matin

Parmi les ombres autochtones

Qui le croisaient sur son chemin ;

En poches il avait mis ses mains 

Et sous un bras un grand sous main.

Il se rendait à la Sorbonne.

Il y parvient quand l’heure sonne

Et c’est ainsi chaque matin ;

Sa vie de prof est monotone :

Il y enseigne le latin.

Avant de regagner son trône :

Mais qu’y a-t-il donc ce matin ?

Devant lui il n’y a personne.

Le fond de l’amphi est éteint

Alors l’occasion lui est bonne

De pontifier- c’est bien certain-

Sur l’estrade il s’abandonne

A des gestes de prof’ hautain

Et pendant une heure il déconne :

Heureux d’imiter son doyen.

D’un vieux copain et de sa bonne,

Il traduit les jeux libertins.

Et puis dégoûté il s’adonne

A se critiquer : c’est plus sain .

Il découvre dans sa personne

Un enseignant trop cabotin.

Se justifiant, alors, il donne ,

Sans se servir de ses bouquins,

Le cours le moins monotone

Qu’il ne fit jamais en latin.

Un véritable cyclone

S’abattra sur l’amphi soudain :

Les étudiants battent des mains

Ebranlant les murs qui résonnent.

Le petit professeur frissonne.

Mais ce sera sans lendemain

Car il n’y a plus personne ;

L’amphi est bel et bien éteint

Et puis songeant à sa personne

Qui doit enseigner le latin,

De son âge, il est à l’automne

Et il veut faire son examen :

Plus de cours qui papillonnent,

Qui s’asservissent aux bouquins

Ni d’ex-cathedra qui ronronnent,

Font ressembler à un pantin

Pour le cours ? Il y a mal donne :

Qu’il soit de Turc ou de Latin,

Il est pour ceux qui l’auditionnent

Et en auront le plus besoin.

Professeurs ! D’aujourd’hui, de demain !

Songez à ceux que l’on vous donne,

Considérez qu’il est malsain

De vouloir tromper des gamins.

Alors il reprend ses bouquins

Et, redescendant de son trône,

Baisse la tête, comme un vilain,

Et puis il sort de la Sorbonne.

Par ce jour frileux de l’automne

Il va reprendre son chemin

Parmi les ombres autochtones

Qui le croisent chaque matin.

Champagne –automne 2003